top of page

Le monde onirique et mystique de Salah HIOUN

Né à Collo Algérie (1936-2017)


Le monde onirique et mystique de Salah HIOUN est inséparable de son parcours artistique et de ses origines.


Né à Collo, à l'Est du pays, une des plus belles régions côtières d'Algérie, avec l'essence fondamentale de l'esthétique, dans une famille très attachée à ses origines et son histoire, pour lesquelles il éprouva un vif intérêt dès son plus jeune âge. Il passa son enfance, bercé par les contes populaires racontés par une grand-mère à la voix douce et profonde, et les yeux abreuvés d'images d'affiches de cinéma, de magazines illustrés, qui ont fait naître en lui, le premier soupçon d'un don pour le dessin. Un esprit jeune et avide de connaissances, une curiosité attisée par tout ce qui l'entoure, une soif d'apprendre sans limite.

Le tout premier personnage qui a guidé son inspiration naissante était Zorro, gribouillé avec un bout de charbon sur les murs blancs des maisons de la Pointe Pescade, (actuellement Raïs Hamidou), où il s'est installé très jeune avec sa famille.


Salah Hioun suit son enseignement primaire dans une école du quartier. Le maître découvrant son penchant inné pour le dessin, penchant qui commençait à attirer les foudres des voisins, Zorro étant dessiné sur toutes les façades du quartier, conseilla à son père de l'inscrire à l'école des Beaux-Arts de la rue de la Marine, école qui a été détruite par le réaménagement du quartier durant les années 50. Il y passa cinq années avec comme professeur Etienne Chevalier, deux jours par semaine, et il s'habitua très tôt aux différentes techniques du dessin académique, il avait alors douze ans. Pour des raisons familiales, il quitta l'école mais, cette rupture ne l'empêcha pas de travailler en autodidacte. Il participa à plusieurs concours organisés par certaines sociétés de l'époque.

Cette phase de sa vie dura jusqu'à l'âge de 18 ans où il trouva une place chez un décorateur qui lui donna la possibilité d'approfondir son apprentissage et lui prodigua des encouragements pour persévérer dans cette voie.

Mais devant l'insistance de l'armée française pour l'embrigader comme animateur de jeunes au service de l'action pédagogique, ses convictions aidant, ses deux frères aînés au maquis et recherchés, l'étau se resserrant de plus en plus sur lui, il prépara sa valise, expliquant à ses parents la raison de son départ précipité, l'adresse d'un cousin en poche, s'embarqua pour Marseille un jour de l'année 1956, il avait 20 ans.

Son cousin l'accueillit à bras ouverts lui fournissant aide, logis et travail. Il le prit avec lui lors de son départ pour Limoges où il l'aida à s'inscrire dans un atelier de la ville tout en travaillant dans une entreprise de décoration.

Cette période dura jusqu'en 1958, année de son départ pour Paris, il avait 22 ans


Ces certificats en poches, muni de lettres de recommandations, il trouva très vite du travail dans une société de décoration, spécialisée dans les décors des salles de spectacles, cabarets et dans l'aménagement des maisons des quartiers chics de Paris.

Cette période lui permit de se perfectionner et d'approfondir ses connaissances dans de nouvelles techniques comme le marouflage et la marqueterie.

Il occupa son temps libre à fréquenter d'une manière assidue les musées en particulier le Louvre et le musée de l'Homme ainsi que le Palais de la découverte.

Les moments passés à Montparnasse et Montmartre lui permirent de s'imprégner de l'ambiance de ces quartiers fréquentés par des artistes de différentes nationalités. Le soir, il retrouvait les nuits animées des boulevards St Michel et St Germain, quartiers estudiantins, fréquentés par une jeunesse cosmopolite évoluant sur fond de musique de jazz.


L'année 1963 fut l'année du retour au pays. Il trouva facilement un poste au laboratoire de la banque centrale où étaient réalisés les clichés des photographies et des planches de billets, qui servaient à l'impression des billets de banque. Ce travail lui permit de postuler un stage de six mois à Rennes où se trouve la grande imprimerie de France qui proposait des prestations de service pour plusieurs pays d'Afrique et d'Amérique centrale. C'est à ce moment qu'il s'initia à la gravure au burin, qui lui a été d'un apport considérable. Il exposa pour la première fois en 1963 à l'occasion de la création de l'Union Nationale des Arts Plastiques (UNAP) dont il était membre, alors qu'il était encore étudiant à l'école des Beaux-arts.


Il passa cinq années à l'imprimerie de la Banque Centrale, de 1963 à 1967. Le directeur de l'époque l'encouragea, non seulement à peindre mais le poussa à suivre un cursus de trois années à l'école des Beaux-Arts d'Alger avec comme professeurs M'Hamed Issiakhem, Ali Khodja, Mesli Choukri et son ancien professeur Etienne Chevalier.


En 1968, il quitta la Banque Centrale pour l'imprimerie d'Air Algérie, et à partir de 1969 il travailla au service de l'Artisanat comme chef de bureau d'étude durant trois années.

En 1973 il rejoint l'ONAT, où il fut chargé de la décoration et l'aménagement intérieur des hôtels et des stations thermales, ainsi que la création de mobilier de l'hôtellerie.

De 1975 à 1988, la SNMC le recruta à l'unité de céramique d'El Achour, qui le chargea de mettre en fonction le laboratoire de sérigraphie d'Eremchi dans la région de Tlemcen en collaboration avec les Allemands, mission qui dura deux années.

Puis il fut chargé de la direction commerciale pour l'organisation des foires et des expositions en Algérie et à l'étranger.

Cette phase de sa vie fut très enrichissante et lui a permis de voyager à travers tout le territoire national et à l'étranger.


De 1988 à 1992, il travailla avec Mohamed KHADDA à l'ENAG (Ecole nationale des Arts graphiques) où il dirigea l'atelier du livre d'Art qui se trouvait à Belcourt.


A partir de 1992, Salah Hioun décida de travailler en s'investissant uniquement dans son travail artistique. De nombreuses expositions se succèdent malgré le contexte.


De 2003 à 2008, il passa cinq années Bou Saada, qui lui permirent de se ressourcer après la décennie noire et surtout de se renouveler. Puis, à partir de 2008 jusqu’à son décès, il s’installa à Cherchell où il eut son dernier atelier.


Salah Hioun a des œuvres dans les collections

  • du Musée National des Beaux-arts d'Alger,

  • du Musée National Ahmed Zabana d'Oran ,

  • Musée National Nasr Eddine Etienne Dinet à Bou Saada,

  • dans des collections privées en Algérie et à l'étranger.



Statement


Etudes d'art

- Inscrit à l'école des Beaux-Arts de la rue de la Marine dès l'âge de 12 ans

- 1956-1963 : études libres à Marseille, à l'école des Beaux-Arts de Limoges - Fréquente les ateliers d'arts à Paris

- 1963 : S'inscrit à l'école des beaux arts d'Alger tout en travaillant à l'atelier de gravure de l'imprimerie de la banque centrale

- 1963 : stage de gravure à la grande imprimerie Oberture de Rennes qui proposait des prestations de services pour l'Afrique et l'Amérique centrale, spécialisée dans l'impression fiduciaire (billets de banque, actions, timbres)

- 1985 : stage de gravure à Perugia, Italie

- 1988 : Atelier de livre d'art de l'ENAG à Belcourt

- 1989 : Stage de lithographie à Berlin, Allemagne. L'ENAG en collaboration avec l'institut GOETHE et possédant une machine de litho, il put obtenir une bourse pour l'Allemagne pour se perfectionner dans un atelier de lithographie à Berlin, appelée Taborpresse


Salah HIOUN participe à des expositions collectives depuis 1963, dont

1963 : 1er salon de l'UNAP à l'occasion de sa création

1969 : Centre culturel de la Wilaya d'Alger

1964 : Centre culturel de la Wilaya d'Alger

1964-1969 : participe à plusieurs expositions à l'étranger avec l'UNAP: Montréal,Tokyo,Pékin, Madrid, Belgrade ,Prague,Moscou,Cuba,France

1975 : XIIème foire internationale d'Alger, au Palais des expositions

1979 : 25ème anniversaire du 1er novembre, au Palais des expositions

1982 : 10 ans de peinture algérienne,1970-1980, au musée National des Beaux arts d'Alger

1983 : Solidarité avec le peuple Chilien" à la galerie Mohamed Racim, Alger

1984 : Salon de la peinture Méditerranéenne, à la galerie El Kettani, Alger

1984 : Grand prix d'Algérie de la peinture à la galerie Mouloud Féraoun, Alger

1986 : Groupe de 35"pour El Asnam", au Palais de la culture, Alger

1990 : Exposition à la Galerie de la Squif, El Achour, Alger avec les artistes Bestami et Moussa Bourdine

1991: Groupe des lauréats des grands prix d'Alger à la galerie Samsom , théâtre de verdure,Alger

1992 :"Solidarité avec le peuple somalien"au Palais de la culture Alger

1994 : Panorama de la peinture algérienne au Palais de la culture, Alger

1995 : Semaine culturelle algérienne à Damas, Syrie

1995 : Biennale de Johannesburg, Afrique du Sud

1995 : Salon des arts plastiques de Souk Ahras

1996 : Novembre 54 vu par les peintres au Palais de la culture

1996 : Biennale des arts contemporains de Dakar au Sénégal

1997 : Exposition vente au profit des enfants de la guerre du Golf à la galerie Squiffa

2001 : 1ere rencontre d'Alger "Expressions méditerranéennes", artistes d'Algérie, Tunisie, France à la galerie Top Action, Alger

2001 : Lisbonne, Portugal

2001 : Biennale internationale de Charika, Emirats Arabes Unis

2001 : Salon des arts plastiques d'Oran

2002 : Collectif d'hiver, en Tunisie

2002 : Jetée d'encre, la saison du dessin, Galerie Top Action,Alger

2002 : Salon algérien des arts plastiques d'Oran

2002 : Salon des arts plastiques de Constantine

2002 : 2ème rencontre d'Alger à l'hôtel Aurassi, Alger

2003 : From Washington too Algiers, ,arts Club of Washington

2003 : Une année de l'Algérie en France, impressions d'Alger, Galerie Passage de l'art, Marseille

2003 : 40 ans de peinture algérienne, année de l'Algérie en France, UNAC Lyon

2003 : Hommage aux graveurs du monde, Crocq, dans la Creuse, France

2003 : 2eme rencontre d'Alger à la Citadelle

2004 : 3ème rencontre d'Alger (février)"trait pour trait, galerie de la Sonatrach, Hydra, Alger

2004 : Escale à Bou saada à l'occasion du mois du patrimoine de l'année 2004 au Musée

National Nasr Eddine (Etienne) Dinet de Bou saada

2004 : Commémoration du décès de l'artiste Nasr Eddine (Etienne) Dinet au Musée national de Bou Saada

2005 : Exposition à l'occasion du 50ème anniversaire de la révolution, galerie de la Citadelle

2007 : Regard…., rencontres des peintres arabes, Espace Top Action

2007 : Les copains d'abord, Galerie de Rachid Djemaï à Zeralda

2007 : Hommage à Salah Hioun; musée national Ahmed Zabana d'Oran,

Méditerranéen des arts plastique d'Oran (CIVOEIL)

2007 : les peintres des années 7O, galerie Racim

2007 : Le sang des ombres - Galerie étincelle : Salah Hioun, Arezki Larbi, Kamel Yahiaoui

2007 : Galerie Dar El KenZ

2008 : Salon des arts plastique de Biskra

2008 : Semaine culturelle de la ville d'Alger, Janvier 2008

2008 : Salon Méditerranéen des arts plastiques d'Oran, (CIV ŒIL)


Expositions personnelles depuis 1968

1968 : Galerie de l'UNAP

1969 : Centre culturel de la Wilaya d'Alger

1970 : Centre culturel de la Wilaya d'Alger

1984 : Centre culturel de la Wilaya d'Alger

1986 : Centre culturel de la Wilaya d'Alger

1988 : Centre culturel Italien

1991 : Palais de la culture d'Alger

2001 : (Février): Hôtel Sofitel "à travers le reflet"à la galerie Top Action

2003 : (juillet):Musée National Ahmed Zabana Oran

2003 : (février):"Carrefour de la mémoire", à la Citadelle d'Alger,galerie Top Action

2006 : musée National Ahmed Zabana Oran à l'occasion du mois du Patrimoine

2006 : (Juin) galerie Rives art, Paris ,"le regard enchanteur de Salah HIOUN

2007 : Musée National Cirta ,Constantine, à l'occasion du mois du Patrimoine

2011 : Musée national des Beaux-Arts d’Alger

2021 : Hommage rétrospectif au Palais de la Culture à Alger


Stages d'arts graphiques

Goethe institut 1978 : stage de sérigraphie

1979 : stage de sérigraphie

1980,1983,1985,1986,1988: stages de gravure


Quelques publications

- Catalogue :"peintres d'ici" au musée national des beaux arts, mai 1997

- Tassili Magazine n°25 (mars – mai) 2001, Texte Par Ali Hadj Tahar (magazine d' Air Algérie)

- Catalogue grand prix de la peinture algérienne, galerie Samsom

- A travers le reflet : février 2001 COPRINT texte de Mustapha Bouamama

- La saison du dessin :"jetée d'encre,février 2002 (Ival Veco)

- Biennale internationale de Chardjah, Emirats Arabes Unis, avril 2001

- Rencontre d'Alger, juin 2001, par RSM Communication

- Catalogue exposition Algéro-Italienne, mai 2000

- Catalogue 1ere biennale internationale des arts plastiques d'Alger

- Catalogue Panorama de la peinture algérienne,1962- 1994, Officine Riadh El Feth,Alger

- Catalogue de la 2ème rencontre internationale d'Alger 2002, Espace Top Action

- Catalogue de la 3eme rencontre internationale d'Alger 2003, Espace Top Action

- Catalogue de la 5ème rencontre international d'Alger,juin 2005 Espace Top AcTion

- From Algéria to Washington, Arts Club of Washington, Février 2003

- Catalogue Escale à Bou saada, Musée National Nasr Eddine Dinet, Bou saada, mai 2004

- Les artistes pour novembre, Citadelle d'Alger 54, la Citadelle Février 2004

- Les acquisitions du Musée National Nasr Eddine Dinet de Bou saada 2005

- Catalogue musée National Ahmed Zabana 2006 - Catalogue Musée National Cirta 2007

- Catalogue de a semaine cuturelle d'Alger capitale de la culture arabe,UNAC,Janvier 2008


Vidéo films

Deux films de durée de 50 et 46 minutes réalisés par Boualem Aissaoui et présentés à l'ENTV En 2002 et é2004 à l'ENTV


Filmographie

Documentaire de 2x2 minutes, réalisé par Bakkar B " notre histoire de l'art pictural en Algérie" à l'occasion du 50ème anniversaire de l'indépendance pour le compte de l'ENTV


Prix et distinctions

1983 : 1er prix du "grand prix de la peinture d'Algérie"

1985 : 3ème prix du "grand prix de peinture d'Algérie"

1985 : Diplôme " Pietro Vannucci", Italie

1998 : 1er prix "Mémoires de femmes", Ministère de la Solidarité Nationale de la famille

2007 : Hommage à Salah Hioun, Musée National Ahmed Zabana, Oran, UNAC d'Oran, clin d'œil (méditerranée)


Commandes publiques

1978 : Participe à la réalisation de plusieurs décorations murales aux jeux africains d'Alger

1988 : Participe à la réalisation du fond pictural du musée central de l'armée, Riadh El Feth en réalisant une série de portrait de résistants algériens


Quelques articles de presse et textes publiés

Gravures et sculptures pourraient ne plus "vivoter", par Nasr Eddine Medarci, El Moudjahid,1967

APS : exposition à Titograd, Yougoslavie, 1970

35 peintres exposent, par RN, El Moudjahid, 1970

Rendez-vous avec la gravure par Ali Hadj Tahar, El Moudjahid, 1972

L'Homme Charnière, par Améziane Ferhani, Algérie Actualité 1972

Recherches Nassiba Djaïder, Révolution africaine, 1983

Le retour de Hioun, par Ramdane Rahmouni, Horizon, 1984

Grand prix d'Algérie de peinture, Horizon, 1984

L'homme dans son environnement, par Ahmed Ben Abdallah, El Moudjahid,1986

Peintures pour conjurer l'angoisse, par Mustapha Tasmani, El Moudjahid, 1986

Un élan vers la vie, par Mustapha Talismani, El Moudjahid, 1986

l'homme dans son environnement, par Ahmed Ben Allam, El Moudjahid ,1986

Rendez vous avec la gravure, par Ali Hadj Tahar, Algérie actualité,1988

La lumière et le signe par K.Chériti, El Moudjahid,1991

Un art du silence, par Abderrahmane Djelfaoui, Alger République, 1991

KHADDA parmi nous, interview par Fadela Daous, Alger Républicaine

Salah Hioun, un expressionnisme vivant, par K. Chériti, Horizon, 1991

Travailler les lumières et les couleurs", par H. Fouyal, El Chaab, 1991

Dans l'ombre" entretien avec Salah Hioun, par Fadéla Daous, Alger républicain septembre 1993

A la recherche de l'authenticité" par Fatma Zohra B, Le soir d'Algérie, 1994

Les couleurs du terroir, par Malek Bourecha, L'authentique, 1995

A l'école l'art a été la première victime, entretiens avec Salah Hioun, Malek B, L'authentique 1995

Biennale des arts contemporains de Dakar, Larbi et Hioun représentent l'Algérie, Liberté, 1995

Retour aux sources, par Tahar Aksouh, L'authentique, 1996

Entretien avec Salah Hioun, par Tahar Aksouh, l'Authentique, 1997

Une valeur sure de notre graphisme, Aïtoun, 1997

Le temps d'un regard, par Abdelkader Rouache, El Watan, 1995

L'expression vivante, par K.Chériti, El Moudjahid,1997

Entretien avec Salah Hioun, il faut développer chez l'enfant le goût esthétique, 1998

La traversée du temps, par Halfaoui, El Watan,1999

Salah Hioun un peintre prolifique, par Farrouk B, Le jeune indépendant

Les monogravures de Hioun comme des voyages intérieurs, par Lounès Fra, Algérie Hebdo

Des couleurs et des signes, par Belkacem Rouache, Le Jeune indépendant, 2001

Les palimspestes de la mémoire, par Mohamed Massen, La nouvelle république, 2001

Expressions méditerranéennes, par B.R, Le jeunes indépendant, 2001

Les miroirs de l'histoire tombent sur l'âme, par Wahiba M, El Khabar, 2002

Regard sur la vie, par Belkacem Rouache, Le jeune indépendant 2003

Un éventail de la peinture, par Belkacem Rouache, Le jeune indépendant, 2003

Une année de l'Algérie à Marseille, par Amine Khaled, El Watan, 2003

Taoudif el adoua wa ellouanes, El Khabar ,2003

Carrefour pour la mémoire, par Idjer Yacine, Liberté,2003

Salah Hioun,mémoire en croisement" par Amine Khaled, El Watan, 2003

La solennité des formes, par Madjid Choubane, Le jeunes indépendant, 2003

La toile se construit au fur et à mesure du dialogue, par Madjid Choubane, Le jour, 2003

Exposition de Salah Hioun, Musée National Ahmed Zabana, par Belhachemi, l'Authentique, 2006







15 visualizzazioni0 commenti

Post recenti

Mostra tutti

Comments


bottom of page